Vakband Show
days
5
6
hours
0
8
minutes
1
0
seconds
2
5

Focus Costume: Les pleureuses

 

 

LES PLEUREUSES : Collection VAKBAND Péyi  2K17.

 

Chers lecteurs, le ton est grave : il faut célébrer les obsèques de sa Majesté Vaval  mercredi Des Cendres et derniers jour du Carnaval.

 

Le Peuple endeuillé, les diablesses et  pleureuses seront de sortie pour accompagner le Roi Vaval jusqu’au bûcher, sa dernière demeure de l’année.

 

Pour clôturer les célébrations du carnaval, notre équipe de stylistes de renommée PLANÉTAIRE a choisie de mettre en avant un métier ancestral pour un jour de deuil bien local : LES PLEUREUSES. (vous avez suivi la blague…., renommée Planétaire,  mais oui, planétaire, en référence à notre costumes du dimanche gras. Revenons à nos moutons).

L’histoire nous a été soufflée à l’oreillette que bien avant notre ère, dans l’Egypte ancienne, les pleureuses étaient appelées pour rythmer le transport de la dépouille de défunt lors des funérailles royales. Sous nos latitudes le mercredi des Cendres, la parodie est de rigueur. Les veuves, épouses et maîtresses (LES PLEUREUSES) pleurent la mort de Vaval.

Comment remasteriser notre costume traditionnel ?

 

Quelques brainstorming, tests en tout genre  et ateliers de confection plus tard, Notre Collection VaKband Péyi 2K17 de Pleureuses Martiniquaises voit le jour. Ce costume a nécessité l’utilisation de notre traditionnel et incontournable Feuillard, ainsi que de l’élément mode de l’année : Le rideau à fils.

 

En quelques chiffres LES PLEUREUSES c’est 750 mètres de Matériel : 530m de  de feuillard, 135m de mousse et  72m de Rideau de fils.

 

OUI,OUI, 750m, c’est la longueur de la rue Ernest DESPROGES.

Tu ne connais pas la rue Ernest DESPROGES ….. ? Mais oui, la rue du bord de mer qui part du canal LEVASSOR et du pont de la police municipae ( en bas du lycée Schoelcher ) passe devant le Mac Do, la place de la Savane, et qui va jusqu’à la plage de la Française.

Nous avons optés pour un costume total look noir et blanc, des épaulettes  et une coiffe  à picos noire et blanc  avec visière personnalisable en rideau de fils, complété par un maquillage de deuil

 

Du grand art à portée de ciseaux et à coups de Kohls, saupoudrés de paillettes argentées et irisées, pour une customisation avant le départ de la dernière parade de l’année.

 

PS : Pensez à prendre vos Feuilles de Corossol pour calmer la douleur de nos amies les diablesses. Il est l’heure de dire Au Revoir à sa Majesté Vaval.  Incinéré à la tombée de la nuit après 4 jours de ferveur populaire, tel un Phénix,  il renaîtra de ses cendres  l’année prochaine pour de nouvelles aventures.

 

Focus costume: Mardi Gras ou “Mets de la folie dans ta vie”

On sait tous que pour être dans un groupe de carnaval, il faut un petit degré de folie, plus ou moins prononcé.

Cette année la commission costume a décidé de révéler notre vraie nature.

Déjà en mettant notre self contrôle à rude épreuve dans la confection de jupettes et de collerettes en tulle.

Oui, oui parce que le tulle, cette matière si fragile et si légère, a une fâcheuse tendance à se déchirer quand on la manipule trop fort.

 

 

Imaginez donc une armée de petites mains (et de grosses mains calleuses façonnées. par des heures de répétitions et de frottements de baguettes) essayant de nouer délicatement des lamelles de tulles jaunes faune autour d’un fil.

Pour chaque collerette comptez 120  bandes de tulle et presque autant pour les jupes, à renouveller 90 fois.

Finalement, en discutant avec les membres de VaKBand, etceux qui nous fréquentent de près ou de loin, nous nous sommes mis d’accord pour dire que la commission costume est sévèrement atteinte par la folie… la folie Artistique.

Car le résultat de ces heures de travail minutieux est simplement dément !!!

 

 

Pour saluer l’esprit qui nous anime lorsque nous jouons ensemble, lorsque  le son nous met en transe, lorsque les vibrations des basses et des fûts nous donnent un second souffle, quand la fatigue se fait ressentir, pour célébrer la malice et le plaisir qui se lisent dans nos yeux à chaque rencontre avec vous, nous avons baptisé ce costume la FOLIE.

Il faut se l’avouer, l’aventure qui se vit pendant les jours gras est incomparable, une liesse populaire, une folie collective où toutes les fantaisies sont à l’honneur.  

Il n’y a pas à dire, on l’aime notre carnaval … à la folie 😉

 

Focus costume: Vidé en terre Egyptienne

 

    

Pour cette escapade en terre d’Egypte, la commission costume a travaillé le feuillard avec une nouvelle technique : le tressage.

 

En effet, en superposant ces bandes à l’horizontale et à la verticale, on obtient une belle surface qui peut être exploitée de multiples façons. Heuuuu peut-être un peu trop d’ailleurs car la commission s’est vraiment lâchée sur ce costume. En effet, c’est celui qui est composé du plus grand nombre de pièces. On retrouve :

  • Une coiffe dans l’esprit pharaon
  • Un plastron (constitué de 6 éléments)
  • Une manchette
  • Un bas avec un élément derrière pour tous et devant pour certaines sections

 

Pour les 90 joueurs cela fait donc un total de 920 pièces en feuillard (oui oui vous avez bien lu 920) uniquement pour ce costume. A cela s’ajoute la découpe du tissu pour la confection du bas pour tous. Autant dire que ce projet était plus qu’ambitieux.

 

La réalisation de ce costume a été épique !

Il a fallu gérer le temps pour la confection de chaque partie, expliquer à tous (même aux moins manuels…car il y en a toujours dans un groupe – lol) la technique du tressage, peindre les différents éléments, ajouter les mousses pour le confort et les rubans pour le tressage et fixation.

On s’est fait peur plus d’une fois dans la confection de ce costume mais au final on est arrivé au bout.

Mission accomplie !!!

 

Malheureusement, un manque de temps lors de notre préparation à la parade FestiSud ne nous a pas permis de mettre en valeur cette tenue pharaon comme nous l’avions prévu.

Mais ce n’est que partie remise, nous allons encore travailler sur ce costume et l’utiliser lors d’une prochaine parade d’envergure…restez connectés pour en savoir plus !  

Focus Costume: Il est ou le soleil?!

 

“Et le soleil dans tout ca?”

Pour le premier des jours gras de ce Carnaval 2017, la commission Costumes a fait rayonner VKB. Une histoire de soleil…

Du choix des matières, au maquillage, tout était fait pour que les bandits brillent de mille feux Dimanche Gras.

 

 

Recyclage et système solaire: tout un programme!

 

Un peu abstrait tout ça, nous direz-vous. On vous explique!

Le thème du Carnaval 2017 était le “Recyclage”. Nous avons voulu combiner cette idée avec celle du système solaire. D’où ces boules réalisées avec du feuillard, qui représentent les planètes du système solaire, que les membres du groupe portent fièrement sur les coiffes, plastrons et jupettes.

 

La logique? Notre système solaire subit les conséquences de notre négligence. Pour protéger notre système, il faut agir! Le recyclage fait partie de ces actions éco-responsables à la portée de tous.

                 

Du feuillard et de l’huile de coude

 

Près de 6 000 mètres de feuillards ont été nécessaires pour la réalisation des 90 costumes, soit l’équivalent de 15 tours de pistes d’athlétisme.

Il a fallu près de 2 mois pour tout boucler à raison d’un atelier de 3 à 5h par semaine selon les disponibilités de chacun. Un vrai challenge!

 

 

Des paillettes et encore des paillettes…


Si vous nous avez vus dans les rues de Fort- de – France, avec du sérum physiologique dans les yeux. C’est grâce à ce maquillage de ouf. (Rires)

Des paillettes, on en a déjà eu mais là, on nous a misle paquet. Il faut dire que le maquillage est aussi important que le costume. Il faut que les deux coïncident pour un meilleur rendu.

Aussi, le maquillage de ce Dimanche gras reprenait les couleurs de VKB. Le mouvement créé donne cet effet “Galaxie”. Et  la peinture et les paillettes dorées, le côté solaire.


Crédit Photos: Chami Photos (Lionel CHAMOISEAU)

    

Focus: Commission costume

 Introduction

  • Organisation

Pour un groupe de carnaval, les costumes sont une composante essentielle de notre présentation. Et oui, cela joue pour beaucoup lors de nos prestations et autres parades dans les rues. Karl Lagerfeld et Jean-Paul Gaultier n’étant pas très disponibles (ni, il faut se l’avouer, très compilables avec nos budgets) nous n’avons pas pu faire appel à eux. Il ne nous restait plus qu’à trouver une autre solution pour réaliser nos costumes. Une commission a donc été créée dans le groupe pour travailler sur ce sujet. On y retrouve un chef de commission (qui fait partie des 12 personnes composant le bureau de l’association) et tous les membres qui souhaitent s’impliquer dans cette mission sont cordialement invités à rejoindre la commission costume. Chacun s’improvise donc styliste, modéliste, couturier, petites mains, accessoiriste, mannequin mais aussi râleur professionnel, contrôleur des travaux finis, présent… mais uniquement par la pensée. Bref, un joyeux melting pot qui fait tout le charme de la vie associative! En quelques chiffres, la commission costume c’est 16 membres, 20 réunions préparatoires , 30 ateliers, des et des  nuits blanches, 8 membres qui ne sont vraiment (mais vraiment) pas manuels, 2 arrêts de travail pour blessure à l’agrafeuse (lol) et surtout plus de 10 Kilomètres de feuillard. Le feuillard… mais qu’est-ce que c’est ? Comme vous le savez maintenant, le feuillard est depuis l’année dernière, un élément primordial dans la réalisation de nos costumes. Cette petite bande de plastique que l’on retrouve normalement autour des boites en carton pour en assurer la fermeture représente de nombreux avantages pour nous :

  • Coûts modérés
  • Facilité d’utilisation
  • Légèreté
  • Utilisation multiple
  • Effet de volume…

 

 

  • Réalisation

Le travail se fait en 2 étapes : d’abord des réunions de la commission pour définir les thèmes, élaborer des prototypes, tester différentes techniques, faire le choix des matériaux, se tromper, recommencer et enfin trouver le modèle qui répond à nos contraintes de budget, de « simplicité » de réalisation et de « confort » lorsque l’on joue… et tout ça en respectant les couleurs du groupe : orange et jaune. Une fois que la commission est ENFIN d’accord, on passe à l’étape des ateliers costumes où tous les membres doivent venir mettre la main à la patte (ou plutôt à l’agrafeuse, aux ciseaux et à la peinture) pour la réalisation des 90 exemplaires par thème.   Au final, chaque année on se retrouve avec 4 nouveaux costumes : un pour chaque jour gras.

  • Nos costumes 2017

On vous invite à rentrer dans les coulisses de la maison de couture Va K Band, collection « Kannaval 2017 ». De dimanche à mercredi, (re)découvrez nos costumes des jours gras.   

Daniel Dantin, précieuse collaboration

Depuis presque 3 ans, Daniel Dantin, nous accompagne lors de nos répétitions. Percussionniste hors pair, il nous prodigue de précieux conseils pour plus de musicalité

1 percussionniste hors pair

Daniel Dantin est issu d’une famille de musiciens. La musique fait partie de son environnement depuis son plus jeune âge. A 8 ans, il prend des cours au Sermac même s’il pratiquait déjà en autodidacte. Le Bac Option Musique en poche, il intègre une école d’arts à Cuba pendant 5 ans.

Une fois, diplômé, il part en Belgique pendant 5 ans. Il est de retour en Martinique en 2005 et est désormais professeur de percussions au SERMAC.

Gagner en musicalité

Gagner en musicalité, en technicité est une des priorités du Groupe. Il est vrai que les membres de VaKband sont pour la plupart des novices. Certains d’entre eux font partie d’un groupe de Carnaval pour la première fois. Et c’est là qu’intervient Daniel.

A chaque répétition, il répond aux besoins spécifiques des sections : prise en mains des baguettes et maillets, maîtrise du rythme et swing,  gestion de l’effort… L’oreille attentive, il ne laisse rien passer mais toujours dans la bonne humeur.

Même si les membres auraient apprécié avoir encore plus de séances, tous sont unanimes : travailler avec Daniel est un vrai plus ! Frédéric (Grizzy pour les intimes), Chef de section Ti Bwa, nous confie : « Sincèrement, ça nous a donné un vrai coup de pouce. Il nous a permis de maîtriser davantage le tempo. Il nous a donné des techniques et astuces très pratiques sur la façon de tenir les baguettes. Ça nous a été vraiment bénéfique. »

Cette riche collaboration a permis au groupe d’appréhender ce Carnaval 2017 dans de bonnes conditions. Et même si les progrès sont notables, notre travail continue pour faire vibrer les martiniquaises et les martiniquais.

Merci Daniel pour ton implication et ta sympathie. Mèsi an chay !!!!!!!!!!!!

 

Paradoxal Mercredi des Cendres

Paradoxal. C’est le premier mot qui nous vient quand on parle de Mercredi des cendres.

Dernier jour du Carnaval, le mercredi des cendres est à la fois le feu d’artifice final qui clôture 3 jours de liesse, et en même temps un jour de tristesse car Tout est bientôt fini.

Caro, membre actif de l’asso et joueuse de grosse caisse explique son ressenti: “le mercredi des cendres est le dernier moment de liesse avant le calme, l’antichambre du carême . Cet état  si spécial où se mêlent l’épuisement et l’envie viscérale  de tout déchirer une dernière fois. Un état que seul le carnaval nous fait vivre !”

Puiser dans ses dernières ressources

N’importe quel carnavalier vous le dira: le carnaval ,c’est sportif! Et ce ne sont pas les bandits qui vous contrediront.

Malgré la fatigue, il faut s’adonner à l’ultime rituel des préparatifs. Ultime atelier costumes, ultimes réglages d’instrus grâce notre super commission Matos et pour une fois pas de séance de maquillage (au revoir paillettes vous ne nous manquerez pas lol).

Pas de temps à perdre, direction le Canal Levassor pour une parade du tonnerre (La dernière), des franges pleins les yeux.

Au revoir Vaval

Le public est venu en nombre pour le dernier vidé de Vaval. Un spectacle majestueux, presque surréaliste ponctué de noir et blanc.
3 tours de parcours comme à l’accoutumée pour VKB. Et un public survolté comme jamais.

Vaval est brûlé, réduit en cendres et avec lui le Carnaval.

After Parade!

De retour au QG, les sentiments se mélangent pour les bandits entre la fatigue, la tristesse et la satisfaction d’avoir partagé un moment de folie.
Mention spéciale à David notre super Fût pour ses palpitations. On t’adore!

Pendant 4 jours, les bandits ont vécu les uns avec les autres créant des liens forts. Alors pour clôturer ce Carnaval 2017, les bandits ont décidé de se retrouver avec toutes celles et tous ceux qui ont participé au Carnaval de VKB cette année, pour une after parade, thème “Fame”.

Michel aka Mich Mouch, responsable de la Commission Loisirs explique que “l’after parade est pour la commission loisirs une évidence. Après tous ces jours de fêtes, de partage, de joie, il est logique de se retrouver entre nous à chaud pour échanger, rigoler avant de retourner à une vie normale. C’est notre sas de sécurité entre le carnaval et le retour à la maison.”

C’est fini! Snif!

Après un cours de danse endiablé, c’est l’heure, pour les bandits, de retrouver maison et famille délaissées pendant 4 jours au profit de la VakFamily.

Les prochains jours, chacun se remémora ces moments inoubliables, ces nouvelles amitiés créées, ces breaks qui tournent inlassablement dans la tête, ces sourires sur le visage du public, ces “Boyo Boyo Boyo”, ces cœurs qui battent vite…
Chacun retrouvera son quotidien  avec un sentiment de manque incroyable…

Ce Carnaval 2017 était magique!

Toutes les photos ICI

 

 

 

Mardi Gras 2017, jour de Folie

Au troisième jour de ce Carnaval 2017, on peut lire la fatigue sur les visages des bandits en ce Mardi gras. Ils arrivent au compte gouttes mais quelques irréductibles s’activent déjà.


Get ready!

 

La machine est rodée grâce aux membres de la commission logistique: à chacun sa mission et il faut se dépêcher car il faut partir tôt. Les uns et les autres commencent déjà à se maquiller et à se vêtir du costume du jour.

Dernier brief avec les Helpers qui nous accompagneront toute la journée. Les photographes sont au taquet et prennent déjà quelques clichés insolites.

Encore quelques minutes pour un Point général avant parade : recommandations, placement, jeu etc…, et pour souhaiter un joyeux anniversaire à notre plus ancien helper “Micka”.
L’heure du décollage est arrivée dans une ambiance assurément “Clemente”!

 

Un Mardi gras de “folie”


C’est Mardi gras! Et qu’importe la fatigue, c’est le jour le plus important du Carnaval, le point culminant , celui qui transcende chacune et chacun.

Cette année VkB a voulu mettre encore un peu plus de folie dans Tout ca. Le costume est parti d’une jupe en tulle. Apres plusieurs essais, on décide de  la porter au cou et de ça est partie la folie du Carnaval. A cela, on a rajouté du  feuillard qui  est notre allié depuis deux ans maintenant.
“Le costume un peu fou-fou de cette année ,c’est celui-là. Il nous a vraiment pris 3 ateliers avec une quinzaine de bandits qui bossaient dessus. Et bien sûr touche de notre couleur le jaune fluo associé au rouge, touche parfaite”, confie Camille, membre de la Commission Costumes.

Et c’est vrai que c’était un Mardi Gras de fous. Et ce n’est pas la pluie qui nous a arrêté. En y repensant, on peut encore entendre le tak pi tak des Ti bwas, les appels des caisses claires, le son des basses et des cœurs qui battent vite très très vite. On revoit encore nos “chachattes” survoltées comme jamais, les clochettes àfond comme d’habitude et que dire de nos Tums, Timbales, Fûts  et cymbales???? De grands malades!

Et quand il n’y en a plus, ben il y en a encore


Les bandits remontent au QG lessivés mais des images plein la tête.
23:30, c’est l’heure du départ pour la dernière prestation de ce Carnaval: le Diable s’habille en walpa. Les bandits ont mis le feu à la Marina du Robert.
Et c’est deja l’heure du retour dans un bus de dingue avec les survivants, rythmé pas des “Boyo” en tous genres, et des tours de rond-point.

Ce Mardi-Gras restera sans nul doute, une journée inoubliable, pour tous.

 

Toutes les photos ICI

Le 27 février 2017 : lundi gras

Cette année encore, le lundi gras demande une organisation particulière. Et pour cause, on est vraiment dans l’endurance car le groupe enchaîne la parade du dimanche gras, la soirée du dimanche, le vidé en pyjama du lundi matin et la Festisud de Rivière-Pilote. On essaye de se relayer mais certains warriors participent à toutes ces prestations (bravo à eux).

Le vidé en Pyjama: toute une histoire!
Démarrer à 5h du matin, avec une foule encore plus nombreuse que les années précédentes!
A croire que l’absence de vidé en pyjama de 2016 en avait frustré plus d’un!
Les yeux plissés, nous amorçons le parcours, petit passage obligatoire dans le tunnel et sa chaude ambiance et c’est portés par le public que nous arriveront à la place de Schoelcher pour le boeuf final improvisé avec le groupe Allians’ (qu’on adore)

Le challenge est de tout faire et d’arriver à Rivière-Pilote avec les 2 bus et le fourgon (qui contient les costumes, les instruments volumineux, le déjeuner…) avant midi. Comme vous pouvez l’imaginer c’est une véritable course contre la montre. Les minutes sont comptées, dès notre arrivée les membres doivent vite déjeuner pour commencer à s’habiller.

Notre thème du jour “vidé en terre égyptienne”. Le costume est constitué de plusieurs accessoires : une coiffe, un collier, des manchettes, un bas… le tout à assembler directement sur chacun. Le temps file et un invité surprise est de la partie : la pluie. Le stresse monte, la fatigue n’aide pas… on n’est pas tous prêts mais il faut déjà rejoindre le point de départ de la parade. Même si tout n’est pas en place le costume reste très visuel. Il faut commencer. Chacun met son instrument et nous voilà partis pour un tour de la ville. Chaque parade, chaque rencontre avec le public nous réserve son lot de surprises.

Pour cette fois c’est lors du break n°13 (au rythme d’une biguine) qu’un habitant qui était sur son balcon a branché sa sono et nous a accompagnés en chantant. Un beau moment de partage où chants des mornes et musique de carnaval se mélangent avec harmonie. Merci !

De retour (tôt) au QG, c’est enfin l’occasion pour les joueurs de sereposer un peu avant d’enchaîner avec 2 soirées programmées ce lundi gras. Quand on vous dit que c’est du sport que d’être dans un groupe de carnaval… vous voyez !

Toutes les photos ICI et ICI

Dimanche Gras, le jour du grand test

Il est 10h, dimanche, quand les bandits se retrouvent au QG.
La fatigue commence à se faire sentir -il faut dire que les bandits étaient en prestation la veille et se sont couchés tôt le matin-  mais règne une excitation palpable propre au premier des jours gras.

Et hop! Les préparatifs peuvent commencer, nettoyage du QG, préparation des VaKaddies et des glacières, customisation du vélo, distribution des costumes, maquillage le Tout dans une ambiance bon enfant. Et ça commence à chambrer de partout: de vrais bandits!
Mais l’heure passe vite et il faut se dépêcher de manger et prendre des forces.



Quelques paillettes par ci et par là, et hop! C’est déjà l’heure et il faut y aller. Tout le monde se retrouve au pont du Canal Levassor pour la photo de famille.

Le Dimanche gras, le jour du grand test


Un coup de sifflet et voilà, on y est, il faut se placer: le Carnaval 2017 à bel et bien commencer. I paaaattttiiiiiiii!!!!!!!!!
Et comme chaque année, ce Dimanche gras a tenu toutes ses promesses, le public à répondu présent au rendez-vous foyalais.
Et les bandits ont adoré partager ces mois d’effort et de travail tant au niveau de la musicalité qu’au niveau des costumes.

Pour Jessy, Présidente (et maman) de VKB, “même si le carnaval, les prestations et parades ont déjà bien démarré pour nous, le dimanche gras est assez ambivalent. D’un côté, il représente l’apothéose, le jour de présentation de notre premier costume, de vrais tests musicaux à effectif complet, tests de placements, rencontre avec un public plus nombreux et surtout grosse grosse ambiance de groupe. D’un autre côté, il est déjà teinté de nostalgie, la fin étant toute proche. L’expérience nous a montré qu’il ne faut  perdre aucune goutte… profiter de chaque instant, voilà ce que représente le dimanche gras!”

Il est où le soleil dans tout ça ?”

 

Cette année, la commission Costumes a fait rayonner VKB. Le thème du soleil a été retenu pour cette première parade des jours gras. Du choix des matières, au maquillage, tout était fait pour que les bandits brillent de mille feux.
“Parti du thème du développement durable et pour rester dans l’objectif du groupe depuis quelques années (recyclage),  nous avons choisi le feuillard pour former  les planètes et nos couleurs pour représenter le soleil”, nous confie Nadine, responsable de la commission Costumes.

Un clin d’oeil à nos supers helpers

Ils ne sont pas membres à proprement parler de l’association mais ils font partie de la famille VKB, et ce encore plus les jours gras.
On les appelle communément des Helpers mais ce sont de vrais bandits.
Et ils étaient présents dès le dimanche gras pour nous accompagner tout au long des parades. Toujours d’attaque, ils ont tout donné sans compter. Mèsi an chay!

Après 3 tours de parcours, dans une ambiance survoltée les bandits reprennent le chemin du retour.
Et malgré la fatigue, il faut se préparer à repartir. RDV 22h au bus pour partir en prestation. Direction la Marina du Robert pour la soirée CléoWalpa et Mako et Caesar.

Il n’y a pas à dire: ce dimanche gras 2017, c’était un truc de malades!!!!!!!